Zurich

Nieves Edition

L'édition d'art indépendante

Installée à Zurich, en Suisse allemande, la Maison d’édition Nieves fait figure d’ovni dans le paysage de l’édition d’art contemporain. Fondée en 2001 par Benjamin Sommerhalder, elle a réussi à conserver son indépendance, sa philosophie DIY et une liberté éditoriale très personnelle qui déambule de la peinture à la photographie en passant par le dessin. Que ce soient des livres ou des zines, ses ouvrages, réalisés en collaboration avec les artistes publiés, sont des objets d’art à part entière.

nieves-urbantyper

nieves urbantyper 9

nieves urbantyper 25

Passionné par les objets imprimés, et plus particulièrement les fanzines, Benjamin Sommerhalder crée, pendant ses études de design graphic, le magazine ZOO, une sorte de magazine lifestyle qui lui donne envie d’en publier d’autres. Afin de pouvoir les distribuer, il fonde sa propre société d’édition en sortant de l’école.

Un jour dans le magazine anglais ID, je suis tombé sur une photo de jeunes prises dans la rue. Dans le groupe, il y’avait une fille qui portait un pendentif sur lequel était gravé le nom de sa mère, Nieves. Ça m’a plu et je l’ai pris pour le nom de mon édition.

Il trouve le nom Nieves dans le magazine ID et dessine lui meme le logo, Knigi, un fantome noir et blanc lisant un livre. Plus tard, Benjamin enrichit Knigi d’une histoire qu’il imagine, écrit, illustre et publie.

Knigi le fantôme est aujourd’hui traduit en plusieurs langues.

knigi-nieves-urbantypernieves-urbantyper 79

« C’est devenu compliqué de faire des magazines car tout est déjà sur internet. C’est devenu notre principale source d’information. Pour cette raison, le marché du magazine est obligé de se transformer. »

Aujourd’hui, Benjamin ne fait plus de magazines. Il se concentre sur l’édition de livre d’art. Sans distinction, il publie des artistes connus (Ari Marcopoulos, Harmony Korine, Spike Jonze, Takashi Homma, Keith Haring, Kim Gordon, Philippe Weisbacker, Tomi Hungerer,…) et des inconnus qu’il découvre sur internet et instagram et dont les œuvres le touchent et le surprennent.

Installé dans son bureau, au centre de zurich, Benjamin travaille seul. Il maitrise l’ensemble de la chaine de production, de la sélection des artistes à la distribution en passant par la prise de contact et la maquette. Malgré la somme de travail, Benjamin publie en moyenne tout les mois.

nieves-urbantyper 68

nieves urbantyper 60 nieves-urbantyper plant

« Quand je me suis installé ici, j’ai contacté l’agence de design Vitsoe qui est basée à Londres. Les chaises, les tables et le système d’étagères viennent tous de chez eux. Ils m’ont aidé à choisir des meubles adaptés a cet espace. Ici ce n’est pas vraiment un librairie mais les gens peuvent venir regarder les livres. J’ai également aménagé dans ce lieu un espace privé qui comprend mon bureau de travail et ma bibliothèque personnelle. »

nieves-urbantyper 11

nieves-urbantyper 78

nieves urbantyper 7

nieves-urbantyper 6
nieves-urbantyper 85

En parallele de ses monographies d’art, nieves publie également depuis 2004, une vingtaine de zines (des photocopies noir et blanc au format A5) par an, édités chacun à 100 ou 150 exemplaires. A la fin de l’année, tout les zines sont rassemblés en paquet, enveloppé dans une grande affiche sur laquelle sont imprimées toute les couvs.

« Le zine est un format pratique car c’est facile a imprimer, pas cher et rapide à réaliser. Chaque numéro présente le travail d’un artiste.  Si ça se passe bien, nous pouvons envisager de collaborer sur d’autres projets et d’autres formats. »

zine-nieves-urbantyper 38
zine-nieves-urbantyper 43

A contre pied des « Beaux livres », sa vision de l’édition est entièrement dédié l’artiste.

« Je pense que l’œuvre d’un artiste doit se suffire à lui même. La mise en page doit donc être la plus discrète possible. Je n’aime pas quand le texte explique et illustre le travail de l’artiste car j’ai peur que ca dénature l’oeuvre. »

You may also like

Leave a comment